Chronologie historique de Drăgășani

 

Un matériel réalisé par le dr. Valerian Dinculescu

centrul-dragasani

1800-800 avant notre ère

-À Capul Dealului, sur la Colline de la rivière Olt, a été découverte une agglomération de l’âge du bronze, la plus ancienne agglomération sur le territoire actuel de la ville de Drăgășani, inconnue et non recherchée jusqu’à présent. Elle appartient à l’aire d’habitation gète-dace.

IIe Siècle avant notre ère – Ier Siècle notre ère

-Dans les mêmes lieux, vit la tribu dace rusii, ayant fondé l’agglomération Rusidava, identifiée à la zone (au quartier) Gârdești, au Sud-Ouest de la ville. C’est la zone où a vécu aussi durant une certaine période le légendaire empereur romain Galerius (306-311), dont la mère était originaire de Romula sur la rivière Olt – la légende du Monsieur de rosée y trouvant son origine.

-À Sutești, près de Drăgășani, ont été signalés de la céramique et des outils en fer (des cognées, etc.) daces, appartenant à cette période.

Après 106 notre ère

-Les Romains conquérants construisent, à côté de l’ancienne agglomération, le camp militaire fortifié Rusidava – en gardant son nom, localisé sur la rive de l’Olt, à Momotești. Autour du camp romain fortifié, se développent canabae et pagae (de ce terme dérive le nom de Poganu, sur la rive gauche de l’Olt), habitées par les gens du pays et les soldats romains libérés. Les traces du chemin romain sont conservées à l’intérieur de la ville. Le camp romain fortifié Rusidava sera mentionné sur la carte romaine ultérieure connue sous le nom de Tabula Peutingeriană (voir ci-dessous).

Jusqu’en 119 notre ère

-Le long de la rivière Olt, les Romains construisent des cités de surveillance et défense, formant Limes alutanus, parmi lesquelles Rusidava, ayant au Sud Acidava (Piatra Olt), au Nord, Pons Aluta (Ionești), Buridava (Govora) etc.

123-124

-Sous l’empereur Hadrian, est fondée la province Dacia Inferior, ayant sa résidence à Romula.

167-169

-Après 45 ans, la province Dacia Inferior est nommée Dacia Malvensis (Romula – Malva), le territoire de Rusidava faisant partie de cette province.

Seconde moitié du IIe siècle notre ère

-On établit une carte des chemins romains où sont indiquées les localités. Dans le segment VII, figure Rusidava. La carte est dénommée Tabula Peutingeriană, selon le nom de son découvreur, l’humaniste allemand Konrad Peutinger (1465-1547), qui l’a publiée pour la première fois.

245-247

-‘’Carpii’’, des Daces libres de l’Est de la Dacie romaine, entreprennent une expédition guerrière au-delà de la rivière Olt, en pillant et en dévastant les villages. Une branche pénètre en haut de la rivière Olt, jusqu’à Pons Aluta, incendié et reconstruit ensuite. L’expédition a passé aussi par Rusidava.

1213

-Sur la vallée de la rivière Olt, descend de Transylvanie l’armée conduite par Ioachim, le comte de Sibiu, formée de soldats d’origine allemande, Roumains, Szeklers et Hongrois, en se dirigeant vers Vidin, pour soutenir le tsar Borilă (1207-1218), le descendant de Ioniță (1197-1207), contre les révoltés de cette région.

le 2 juin 1247

-l’État du prince appelé ‘’cneaz’’ Farcaș. Mentionné sur le Diplôme des Chevaliers Johanniques, offert par Bela IVe, le roi de l’Hongrie, à la date mentionnée, identifié avec le département de Vâlcea, comprenait également le territoire actuel de Drăgășani, incorporant vers le Sud la localité de Strejești (Streajă), localité ayant fait partie du département de Vâlcea, jusqu’au siècle passé.

le 1er août 1437

-Les villages de Dobrușa, Șerbănești, Mamu,  situés près de Drăgășani, sont obligés par le document de cette date à payer le vinage – impôt sur le vin, sur les vignes cultivées sur les collines de la rivière Olt de temps immémoriaux.

le 2 juillet 1505

-La première attestation documentaire du village de Gârdești.

janvier-août 1519

-La première attestation documentaire du village de Zlătărei.

le 12 juin 1527

-La première attestation documentaire du village de Momotești.

le 7 juin 1535

-Pour la première fois, apparaît dans les documents le nom de Drăgășani, dans le document émis par le voivode Vlad Vintilă, offrant  à son haut dignitaire Fârtat, percepteur rural, entre autres, le village de Drăgășani, ancien et droit morceau de terre hérité. La lignée du dignitaire Fârtat est bien plus ancienne (XIVe-XVe siècles).

le 3 juin 1548

-La première mention du village de Sutești – près de Drăgășani, dont le nom renvoie à une formation militaire ancienne (la centurie).

le 9 janvier 1581

-La première mention du village de Crețeni, où lors d’un échange de propriétés, est rencontré en tant que témoin un Fârtat.

le 6 juin 1582

-Un document de cette date rappelle ‘’la partie de Bârsă’’, comprise dans le morceau de terre de Drăgășani, d’où provient le nom de Bârsanu, la zone du Nord de la ville.

le 3 juin 1599

-Un document de cette date, répété aussi le 2 juin 1602 – parle sur la soumission ‘’plus tôt’’ des villages de Drăgășani, Momotești et des habitations de Bohémiens, à l’Évêché de Râmnic, par la religieuse Maria, descendante du haut dignitaire Fârtat, qui avait pris le voile. Le village de Drăgășani reste sous la dépendance de l’Évêché de Râmnic jusqu’à la sécularisation des richesses ecclésiastiques (1693).

1602-1612

-Une série de documents de chancellerie princière remontant à cette période comprennent des nouvelles indirectes sur des invasions étrangères dans ces lieux – Momotești, Drăgășani, Zlătărei, Călina, Dăești, Bereni – ‘’des Turcs et des Tatars’’, ‘’les armées de Polonais et Moldaves quand Simion Movilă est devenu prince régnant de la Valachie’’, ‘’malfaiteurs d’autre lignée, ayant fait des pillages, de l’asservissement, ont emporté les fortunes des habitants, qui avaient perdu, dans ces circonstances, les documents attestant leurs domaines, leur origine, leur possession, ont été détruits’’, – pour ces raisons, ils en avaient demandé d’autres aux princes régnants pour les remplacer.

le 13 août 1667

-Dans un document de cadastre, on mentionne l’endroit Batca de Drăgășani, appelé dans un autre document ‘’Bârce’’ (une traduction du même mot), ayant donné le nom ‘’du domaine de Batca’’,  où se trouve la Fontaine Batca (donc le même nom).

1689

-Constantin Brâncoveanu se trouve à Drăgășani, d’où il se dirige avec une armée renforcée aussi par les habitants, vers la Vallée de la rivière Olt, en Transylvanie, contre les impérialistes, auxquels son commandant, l’agha Constantin Bălăceanu, était passé, le combat ayant lieu à Zărnești (1690).

juillet 1718

-L’Olténie entre sous la domination de l’Empire Habsburgique (la Paix de Passarowitz), 20 années durant, jusqu’en 1739.

-L’autorité autrichienne fonde à Drăgășani un point douanier, contrôlant la frontière en face de Slatina, jusqu’à Prundeni (12 heures de marche). Le douanier s’appelait Ladislau Skorei, ‘’Nobillus Transylvane Valachus’’. Il connaissait : le latin, l’allemand, l’hongrois et le roumain.

1722

-A été établie ‘’Conscripția Virmontiană’’, selon laquelle Drăgășani est un village épiscopal avec 165 familles et Gârdești  est un village de paysans libres avec 116 familles.

le 11 novembre 1722

-Les paysans dépourvus de terres sont obligés à effectuer 1 jour de corvée par semaine au profit du propriétaire.

le 22 novembre 1725

-L’Évêque de Râmnic, Damaschin, intervient auprès du général von Tige, le commandant de l’armée d’occupation autrichienne, concernant l’impression des livres ecclésiastiques, en lui transmettant en tant que cadeau,’’Duo vasa bouni vinni ex nostrum Promontorium Drăgășani…’’ (deux vases de vin des collines de Drăgășani).

le 25 septembre 1727

-Drăgășani fait partie de l’unité administrative du préfet Iordache Fărcășeanul – ayant sa résidence à Zăvideni.

mai 1728

‘’Dragaschan’’ (en autrichien) était le siège de la compagnie du capitaine Hohnrich, qui proposait d’y faire construire une caserne.

1737-1738

-Ont lieu des conflits entre les armées autrichiennes et celles turques-tatares, dans les localités de Drăgășani, Voicești et Slatina.

1778

-Drăgășani est un bourg, avec une maison épiscopale (située sur l’endroit de la Place actuelle), des vignes, une église et un passage au-dessus de la rivière Olt.

1783

-Ceux qui s’occupaient du mesurage des domaines Dumitrașcu Băbeanu et Vlăduț capitan Tetoianu, choisissent les parties du domaine des paysans libres Curărești, Ursăști et Gârdești, voisins du domaine de Drăgășani. Curărești se trouvait entre Drăgășani et Momotești ; Ursăștii était compris dans Gârdeștii de sus (Suseni, dans certains documents locaux).

le 24 septembre 1784

-L’Évêque de Râmnic, Filaret, ordonne que l’eau Pesceana soit dirigée vers son ancien lit, d’où elle avait été abattue ‘’pendant l’émeute passée’’ (il s’agit de la guerre russo-turque de 1768-1772) et ‘’produisait des dommages aux cultures’’.

1788

-Incursions des troupes autrichiennes, dans les vallées des rivières Olt et Jiu, sous la commande du prince Hohenlohe (ayant sa résidence à Sibiu), dirigées contre les Turcs.

1791

-‘’La foire ayant lieu à Drăgășani, au Sud de Vâlcea, un jour par semaine, se trouve sur le domaine du Saint Évêché, qui s’appelle Batca’’… mentionne un document de cette période.

1794

-Une école fonctionnait à Drăgășani, en nécessitant de faire bâtir un local.

1800

-L’école de peintres en bâtiment du maître d’école Mincu est attestée à Gârdești.

1810

-L’invasion de Pazvantoglu sur le Danube. Le bourg a été pillé par Manat  – Ibrakim. Les villages de Sutești, Crețeni, Nemoiu en ont souffert eux aussi…

1815

-On effectue une cartographie des vignes de l’évêché de Râmnic, de Drăgășani.

les 28-29 mai 1821

-Les soldats de Tudor Vladimirescu, tué à Târgoviște, par Olimpiotul, se réunissent à Drăgășani, où ils remportent une victoire éclatante contre les Turcs, en épuisant le stock de balles. Leur camp se trouvait au pont Verdea (Sutești). Les luttes ont eu lieu à Câmpia Ciolanului, à Călina, Zăvideni.

le 7 juin 1821

-L’armée de l’hétairie est vaincue par les Turcs. Le Bataillon Sacré a été complètement détruit et les jeunes Grecs sont morts comme des héros sur le champ de l’Ouest de l’âtre du Bourg, où se trouve également le cimetière Braniștea. Alexandru Ipsilanti, le commandant de l’armée de l’hétairie, s’est refugié en Transylvanie et il est mort à Vienne. En 1964, ses ossements seront transportés à Athène par avion.

À la mémoire des héros de 1821, la rue Centrale de la ville sera appelée la rue Martiri (l’actuelle rue Gib Mihăescu). En 1884, en leur honneur, on érigera un monument en marbre, sur le lieu des combats même.

mai-juin 1821

Des familles de Drăgășani – Panait Filip, Dina Protopopescu, Ene Dumitriu, Costache Șterian, Toma Setrar, Paul Postelnicul, Petcu Chîrstea, Filip Hantu, Avram Postelnic, Mihalache Ion, Teodor Avram, Tudor Dumitru, se réfugient à cause des guerres, en Transylvanie, à Boița, Tălmaciu et Cisnădie.

le 25 août 1827

-Par ordre princier, on interdit l’imixtion de l’administration dans les affaires du bourg, qui peut être administré par l’Évêché de Râmnic uniquement, puisqu’il est sa propriété ; les préfets, les autres hauts dignitaires, les fonctionnaires qui percevaient les impôts ‘’ne pouvant plus imposer de taxes aux marchands, aux boulangers, aux charcutiers, aux épiciers, à l’intérieur du bourg’’.

le 12 octobre 1827

-On fonde un établissement pour le marché de ‘’ostașina’’ des vignes, qui était payée au propriétaire de la terre.

1828

-Dans les détachements de soldats volontaires olténiens enrôlés sous la commande du colonel Ioan Solomon, pendant la guerre russo-turque de 1828-1829, sont entrés 594 de soldats de  Tudor Vladimirescu du département de Vâlcea, parmi lesquels il y avait quelques-uns de Gârdești et des localités voisines, Voicești, Stănești, Lunca, Fumureni, Gușoieni, Amărăști, Glăvile, Fișcălia, Orlești.

1830

-Dans la Milice autochtone, fondée cette année, entre aussi un habitant de Drăgășani, Enciu Dobre.

1831-1832

-Aux insistances de certaines ‘’personnes’’ du bourg, on inaugure une école privée roumaine-grecque, dirigée par le maître d’école Ioan Gheorghiadis, qui enseignait aux enfants ‘’l’habitude de la lecture et de l’écriture en roumain et en grec’’, la première année, ayant 8 élèves (5 élèves roumains et 3 élèves grecs) ; le registre de présence contenant les noms des élèves a été conservé.

1831

-On fonde des tribunaux civils ruraux, pour le règlement des affaires locales de moindre importance. À Drăgășani-Bârsanu, les jurés étaient Preda Bleotu, Radu Purcărescu, Stancu sin Stoian et Popa Zamfir ; à Gârdești – il y avait Matei Stirbu, Marin Davidescu, Dumitru Găletaru et Popa Stan, à Momotești – Ion Globașu, Andrei Stavici et Teodor Plutașu.

centrul-dragasani-ii

septembre 1832

-Une statistique démographique indique 30 familles de bohémiens travaillant à l’âtre, à Drăgășani, et 8 ‘’ouvriers travaillant le fer’’ et 2 bohémiens travaillant à l’âtre, à Gârgești.

décembre 1832

-Sur la rivière Olt, à Drăgășani, étaient installés 3 moulins à eau ayant chacun une pierre.

le 7 août 1833

-Le bourg de Drăgășani était divisé en ‘’deux teintures’’ (arrondissements) – rouge et verte et comprenait 369 habitants (219 hommes et 150 femmes), 83 familles (65 dans la teinture rouge et 18 dans celle verte), 83 maisons, 88 bœufs, 44 vaches, 68 moutons, 148 cochons.

avril 1834

-Une statistique des fontaines : à Gârdești, il y avait 3 fontaines sous la colline et 8 puits profonds jusqu’à 16 mètres, dans le village ; à Momotești, il y avait 3 puits ; à Bârsanu, on trouvait14 fontaines dont 3 pour les vaches.

1835

-La carte appelée russe mentionne 135 maisons à Drăgășani, 32 maisons à Bârsanu, 107 maisons à Gârdești, 42 maisons à Momotești, 31 maisons à Zlătărei.

-La corporation des artisans comprenait 72 artisans avec brevet.

-Le Bourg de Drăgășani prête au magistrat de la ville de Giurgiu 2363 lei provenant du ‘’revenu de la boîte’’ et dans trois ans (1838) il accorde un autre prêt de 2000 lei à la commission du Bourg de Severin, de l’ordre du Département de l’intérieur.

le 28 octobre 1836

-On élit les organes de direction locale, de collectivité du bourg. Les commissaires du bourg sont Gheorghe Ioan et Vasile Dumitriu. Ils sont élus parmi 6 candidats et proposés pour 1 an.

1840

-On propose de fonder une bibliothèque près de l’école.

août 1842

-La visite de Grigore Alexandrescu et Ion Ghica. Grigore Alexandrescu écrit la poésie ‘’Mormintele la Drăgășani’’ (‘’Les tombes à Drăgășani), où il évoque les combats des Grecs de 1821, sur lesquels il parle dans son ‘’Memorial de călătorie’’ (‘’Mémorial de voyage’’) également.

1842

-On mentionne le fonctionnement de l’école élémentaire de Drăgășani avec celle de Bârsanu, comptant 56 élèves et ayant Constantin Dobriceanu pour maître d’école. L’école de Gârdești comptait 40 élèves avec celle de Momotești.

1848

-On organise la Garde Nationale dans 2 arrondissements (‘’teintures’’) – jaune et verte.

le 2 juillet 1848

-Les serfs du domaine de Drăgășani n’obéissent pas à son fermier.

juillet 1848

-Le Bourg de Drăgășani compte 54 familles, assujetties à l’impôt, Gârgești compte 128 familles, Momotești compte 40 familles, Bârsanu compte 199 familles, Zlătărei compte 100 familles.

janvier 1849

-La Commission du Bourg dénonce Ilie Breazu et Badea Cismaru, à la Direction départementale, pour révolte, puisqu’ils ont battu le commissaire Barbu Drănovețeanu et n’obéissent pas aux ordres donnés pour l’accueil festif d’Omer Pașa, qui visite le département ; ils sont arrêtés et envoyés à la direction.

-L’école de Drăgășani avait été fermée, son bâtiment ayant été transformé en ‘’remise pour les armées impériales’’, après quoi elle allait être réparée. Le préparateur de l’école est T. Locusteanu. Le local des adjoints à la Direction, détérioré pendant l’occupation, après la révolution réprimée, a besoin de réparations lui aussi.

mars 1849

-Est fondée ‘’La Compagnie d’œnologie’’ – société commerciale – la première en Valachie – pour la préparation et le commerce du vin, dirigée par le Français Iosif Condemine. Condemine est aussi le possesseur d’une intéressante bibliothèque personnelle avec des livres de philosophie, histoire, science, des atlas, des cartes etc.

automne 1849

-On fournit des efforts pour l’ouverture de l’école.

-En même temps, fonctionnait l’école grecque du maître d’école originaire de Macédoine Nicolae Ioanidis avec 15 élèves, qui apprenaient l’écriture, la calligraphie, la lecture, ‘’la dictée’’ grecque-roumaine, l’arithmétique. Les habitants du bourg soutenaient le maître d’école originaire de Macédoine, tandis que le clergé était contre lui, ce qui fait en sorte que l’année suivante il n’y enseigne plus, l’école restant la seule école ayant un maître d’école séminariste (N. Bălășescu).

le 5 janvier 1850

-On fonde le premier ‘’Cantor’’ (bureau) d’expédition postale, par l’intermédiaire du même Condemine.

1851

-Les habitants du bourg de Drăgășani envoient au Prince régnant de la Valachie, Barbu Dimitrie Știrbei, une demande pour racheter la terre de son propriétaire, afin de devenir libres.

-Le Prince régnant Barbu Dimitrie Știrbei fixe en mai 1852, la somme de 120.000 lei, pour le prix du rachat et de l’émancipation du bourg de sous la dépendance de son propriétaire et, en même temps, le bourg allait être modernisé, par des mesures de systématisation, avec des ruelles et des marchés. Le manque d’accord entre les différentes catégories d’habitants du bourg – les marchands, d’une part, les fermiers, d’autre part, le reste des habitants étant d’un autre avis – a paralysé jusqu’en 1863 le problème de l’émancipation du bourg.

le 25 août 1854

-En commençant la guerre d’Orient (la Guerre de Crimée), avec les premières hostilités sur le Danube, les armées autrichiennes ont passé par Drăgășani, en venant de Transylvanie.

juin 1858

-Dans une situation de la culture agricole, à Drăgășani, 446 demi-hectares de terre ont été labourés et semés avec du mais, à Bârsanu, 560 demi-hectares de terre ont été labourés et semés avec du mais et 10 demi-hectares de terre ont été labourés et semés avec du blé, à Gârdești, 580 demi-hectares de terre ont été labourés et semés avec du mais et 21 demi-hectares de terre ont été labourés et semés avec du blé et, à Zlătărei, 360, ½ demi-hectares de terre ont été labourés et semés avec du mais et 1-2 demi-hectares de terre ont été labourés et semés avec du blé.

les 21-22 juillet 1860

-Al. Odobescu accompagné du peintre Trenk s’arrêtent à Drăgășani, hébergés par Aldemar Labouret, un Français établi ici, qui était le beau-fils de Condemine.

le 11 janvier 1861

-On élit le conseil de la commune de Târgu Drăgășani formé de Ioniță Orăscu – percepteur rural, Ioniță Gavriloiu de la part des propriétaires, Mihai Edroiu et Radu Ioan – députés communaux. Pour la première fois, apparaît le nom de commune, unité administrative, à la place du village.

1861

-On fait la proposition de transformer le bourg en ville, en y annexant Bârsanu aussi, proposition rejetée par le département.

-Drăgășani compte 206 maisons, 353 familles et 102 contribuables ; Bârsanu compte 168 maisons, 141 familles et 116 contribuables ; Gârdești compte 282 maisons, 271 familles et 180 contribuables ; Momotești compte 45 contribuables ; Zlătărei compte 298 maisons, 196 familles et 176 contribuables.

1862

-De nouveaux conflits entre le fermier du domaine et les habitants, concernant l’obligation de la corvée.

1862

-L’École de Drăgășani a 29 élèves et Gr. Grigorescu pour maître d’école, l’École de Gârdești a 39 élèves et Marin Rădulescu pour maître d’école. En 1863, l’École de Drăgășani a 37 élèves.

1863

-Drăgășani se fait émanciper tacitement de sous la dépendance du propriétaire de la terre comme effet de la loi de sécularisation des richesses des monastères.

1864/1865

-Dans la ville de Drăgășani, fonctionnent 2 écoles primaires :

-De garçons avec 83 élèves dans les Ière-IIIe classes, l’instituteur étant Radu Risescu et ayant pour inventaire 9 pupitres, 1 tableau de calculs ‘’aux pieds’’, 6 cartes, 1 chaise ;

-De filles avec 34 élèves en Ière classe, l’institutrice étant Eufrosina Mihailovici, qui rapportait le fait que le local était mauvais, l’inventaire comprenant 2 pupitres nouveaux seulement, 2 pupitres vieux, 1 chaise et 2 tables.

1865

-Le bourg de Drăgășani, transformé dans la commune de Drăgășani avec les communautés territoriales Gârdești, Momotești et Bârsanu, comprend 830 maisons et 614 familles.

1866

-Commencent les travaux d’attribution de terres aux anciens serfs qui habitaient sur le domaine de Drăgășani nationalisé, en étant fixées les modalités de paiement. Leur achèvement a duré jusqu’en 1873, lorsqu’on a établi le plan d’attribution de terres.

-On expédie des vins de Drăgășani et des tissus en toile du monastère de Mamu, à Bucarest, pour participer à l’Exposition mondiale de Paris, l’année suivante.

1872

-Une révolte des ouvriers qui travaillaient à la chaussée Piatra Olt – Drăgășani a lieu, contre leurs entrepreneurs.

le 1er juin 1874

-On fonde le cimetière de la ville, en prenant des mesures de n’y plus faire enterrer les morts aux Églises de l’intérieur de la ville ;

1875

-On crée le Tribunal civil de Circonscription de Drăgășani.

1875-1876

-On construit la Fontaine de Batca, pour laquelle on a apporté des quantités massives de pierre (9420 kg), de Turquie de Rusciuk (Ruse), transportée sur le Danube et la rivière Olt, jusqu’à Slatina, et de là par les sentiers aboutés, en payant 2 lei pour 100 kg. Des ouvriers italiens spécialisés y ont travaillé et ont été dépensés 6570,70 lei.

1877

-À Drăgășani, sont réquisitionnés des chevaux pour le service de l’armée.

-Le 31 août, l’École de Drăgășani se transforme en hôpital pour les blessés. Des hôpitaux sont installés aussi ‘’au manoir du domaine de Drăgășani’’ (l’ancien bâtiment de la place démoli en 1947) et aux ermitages Șerbănești et Mamu. On y soigne plus de 300 blessés. C’est le docteur N. Condemin qui est le directeur des hôpitaux, le fils de Iosif Condemine (voir l’épisode antérieur), issu de son second mariage, avec une Roumaine.

les 10/12 mai 1877

-On fête le Jour de l’Indépendance de la Patrie pour la première fois.

le 3 novembre 1877

-Les fourreurs de Drăgășani confectionnent des touloupes pour l’armée.

1880

-La commune urbaine de Drăgășani comprend 4084 habitants.

janvier 1883

-À Drăgășani, est constitué le comité local de la société de la revue ‘’Literatorul’’, dont la direction est assurée par le poète Al. Macedonski. Des comités pareils ont été formés également à Râmnicu Vâlcea et à Craiova. Le but de la société : ‘’la Lutte pour la Lumière’’.

octobre 1884

-À Drăgășani, sur le lieu des combats de 1821, est érigé le monument dédié aux confrontations de cette année-là, connu sous le nom de ‘’Monument des hétairistes’’, de l’initiative du Lieutenant-colonel Dimitrie Papazoglu, ancien officier dans l’armée princière de 1830.

le 13 décembre 1886

-La voie ferrée Piatra Olt – Drăgășani  est mise en fonctionnement.

1889

-À l’exposition universelle de Paris, ont participé des vins du vignoble présentés par Dănăriciu et Iordache Ionescu, celui-ci étant aussi le directeur d’un restaurant célèbre, avec des plats roumains et des violonistes, à Bucarest, fréquenté par les personnalités de ce temps-là. Il possédait des vignes sur la Colline de la rivière Olt, à Groșarea.

1890

-La mairie de la commune urbaine de Drăgășani publie pour la première fois : le Budget de recettes et dépenses.

1890-1895

-Durant cette période, apparaît le phylloxéra dans le vignoble de Drăgășani, Fumureni en 1890, Lungești, Zlătărei en 1891, Șușani en 1892, Drăgășani en 1895 – calamité ayant détruit complètement le vignoble. À compter de 1895, a été déclenchée la lutte pour éteindre les foyers et refaire le vignoble.

février 1891

-Est constituée la Section locale de la Ligue Culturelle – la Ligue pour l’unité culturelle de tous les Roumains (fondée en 1890). La section locale a pour président Lazăr Paul et pour vice-présidents Iancu Stănescu et Petcu Ioan. Son secrétaire est le dr. I. Popovici, son caissier est Emil Marinescu, ses membres sont Dimitrie Constantinescu et Gheorghe Șerbănescu. Elle a déroulé son activité jusqu’en 1948.

le 23 avril 1894

-Est né l’écrivain Gib I. Mihăescu, avocat, fils de l’avocat Ion  Mihăescu Stegaru, l’auteur des volumes ‘’La Grandiflora’’, ‘’Vedenia’’, ‘’Pavilionul cu umbre’’, ‘’Brațul Andromedei’’, ‘’Zilele și nopțile unui student întârziat’’, ‘’Rusoaica’’, ‘’Femeia de ciocolată’’, ‘’Donna Alba’’. Il a écrit aussi des articles de journalisme, dont une partie réunis dans le volume ‘’Din zilele noastre’’, soigné par Diana Cristev, la Collection Restituiri, 1973, Bucarest. Il meurt au mois d’octobre 1935.

septembre 1896

-Est fondée la Pépinière publique de Drăgășani, pour y produire le matériel viticole, de pomologie et légumier qui sera planté. À la station de Recherches Viticoles, est conservé le journal des premiers greffages de vigne.

octobre 1898

-À l’Exposition d’objets ménagers de Craiova, l’artisan N. Curechianu de Drăgășani obtient le Ier prix pour une petite touloupe brodée.

À la même exposition, le vin ‘’Tămâioasă’’ provenant des vignes D. Simulescu obtenait le prix le plus élevé – 3,50 lei/litre.

-Est construit le Palais communal.

-La commune compte 4118 habitants.

1900

-La commune compte 4398 habitants.

1901

-Commence à fonctionner l’École de Métiers, sous le patronage de la Société Culturelle du département de Vâlcea (constituée en 1898), ayant son siège à Râmnicu Vâlcea. L’école de métiers déroule son activité dans le local de la Pépinière Publique, cédé pour l’école cette année, existant dans la place de la ville et qui sera démoli en 1947.

1903

-À Drăgășani, commence à fonctionner l’École professionnelle de filles, fondée à Râmnicu Vâlcea une année auparavant (1902), sous l’égide de la même Société Culturelle mentionnée. Elle était située dans l’actuelle rue Gib Mihăescu (l’École à l’horloge). Durant la guerre de 1916, il y avait la Komandatura allemande.

1904

-On met les bases des Corporations locales des métiers unis avec 129 membres avec brevet et 29 apprentis, une année après la fondation de la Corporation similaire à Râmnicu Vâlcea.

octobre 1905

-A lieu l’inauguration de la Corporation de Drăgășani qui confectionne son propre drapeau, avec la participation des sections de Pitești, Rm. Vâlcea et Slatina. La corporation avait une caisse type, pour y garder l’argent et les valeurs (existant au musée de Rm. Vâlcea).

les 12-14 mars 1907

-Sont réparties à Drăgășani 3 compagnies du régiment 2 Dorobanți, à l’effectif de 800 soldats, mobilisés pour l’intervention contre les révoltés de la zone.

le 19 mars 1907

-Les révoltés blessés sont hospitalisés et surveillés dans  l’hôpital de Drăgășani.

le 23 mars 1907

-L’habitant Ilie Stan-Vătafu est arrêté étant considéré un instigateur. Révoltes et agitation dans les localités voisines : à Dumitrești (au-delà de la rivière Olt), Călina, Râmești, Mădulari et dans le Sud du département (Laloșu).

1908

-Drăgășani compte 6061 habitants.

1909

-La première publication locale à la typographie ‘’Modernă’’, fondée par le libraire Ion Adămoiu et le typographe N. M. Ionescu. La typographie fonctionne jusqu’à la guerre de 1916, lorsque son patron est mobilisé et meurt sur le front.

1910

-Drăgășani compte 6093 habitants.

-Paraît le premier journal local d’information, intitulé Drăgășani, par l’initiative de Ion Adămoiu.

1913

-Une société locale – N. C. Popescu-Portărești, obtient le brevet pour l’utilisation d’objets destinés à protéger contre la grêle (au prix de 8 – 12 lei/pièce).

1914

-Paraît Gazeta Drăgășanilor, dont la publication continuera avec des interruptions jusqu’en 1919 y compris.

-On constitue un syndicat local pour défendre les intérêts des ouvriers.

le 8 novembre 1916

-L’entrée des troupes allemandes dans la ville. Un jour auparavant, un tronçon, celui d’Est, du pont en fer sur la rivière Olt, avait été dynamité.

1919

-Est fondé le collège Unirea. À compter de 1923, commence la construction de son propre local (l’architecte Capetti de Rm. Vâlcea), achevé en 1928.

le 21 décembre 1912

-Est fondée la Maison d’éducation civique ‘’Unirea’’ ayant un but culturel-éducatif, d’aide mutuelle, bibliothèque, etc. En 1924, elle est transformée en foyer culturel. Son activité est sporadique, parallèle à la Ligue Culturelle.

1921

-Est fondée l’École d’Apprentis, aux cours du soir, avec les apprentis des ateliers industriels locaux et les garçons qui travaillaient dans de petits magasins. Elle fonctionnait à l’école de garçons no. 1 (de la place). Son premier directeur est l’instituteur Ion Popescu Ciagă. Parmi ses professeurs, il y a l’écrivain Gib I. Mihăescu, Ion Mihăescu-Stegaru, l’avocat C. Adamiade, Ion C. Vasile et d’autres. Elle a fonctionné jusqu’en 1948, l’année où a lieu la réforme de l’enseignement.

le 2 septembre 1923

-On pose les fondements de l’école primaire de la rue Sfântu Ilie (à présent, N. Bălcescu). Proposée pour démolition après le séisme de 1977.

le 17 septembre 1923

-Est fondé le moulin SARPIM – Société macédo-roumaine pour l’industrie de la meunerie – par Nae Petcu Ioan (marchand) et T. Rosenthal (le patron d’un atelier de tonnellerie), ultérieurement le Moulin Olt (démoli).

1929

-Est constituée la Coopérative Viticole de Drăgășani, à la fin de faire valoriser les produits viticoles du vignoble, nationalisée en 1948.

le 1er avril 1933

-Paraît la gazette Izbânda literară și artistică, supplément littéraire du numéro 4 de la gazette locale Izbânda, avec des collaborateurs locaux : Ion M. Negreanu, N. Mazilu, V. Vermeșeanu (ayant le pseudonyme Crîngu), G. Lascu et externes : G. T. Niculescu – Varone, T. Păunescu – Ulmu etc. Il a été son unique numéro.

le 19 octobre 1935

-Meurt à Bucarest Gib I. Mihăescu, enterré à Drăgășani. 3 mois après sa mort (le 19 janvier 1936), a lieu le premier symposium local, où ont parlé les anciens amis et collègues de l’écrivain. C’est toujours à ce moment-là qu’on a posé la plaque commémorative sur le logement de l’écrivain, de la rue Gib I. Mihăescu, démoli après 1977 et situé vis-à-vis du Tribunal civil (actuellement, la plaque est fixée au mur d’un immeuble d’appartements, construit à la place de la maison respective). En même temps, on a posé une plaque commémorative et on a érigé un monument funéraire à la tombe de l’écrivain, dans le cimetière de la ville.

le 6 octobre 1938

-Le Ministère de l’Agriculture achète de Bulat, de Craiova, la vigne appelée Braniștea-Dumbrava Zânelor, sur la Colline de la rivière Olt, dans le but de fonder la Station Viticole et œnologique-de Drăgășani (la première de notre pays), par l’Institut de Recherches agronomiques de la Roumanie, à la fin de refaire et consolider le patrimoine viticole national. À cette occasion, sous le patronage de la revue ‘’România viticolă’’, a été imprimé l’ouvrage ‘’Podgoria Drăgășani’’ (‘’le Vignoble de Drăgășani’’) (paru dans les pages de la revue), où il y a aussi la première étude monographique  -‘’Contribuții la cunoașterea podgoriei Drăgășani’’ (‘’Contributions à la connaissance du vignoble de Drăgășani’’), du professeur I. C. Teodorescu.

avril-mai 1944

-À la typographie Curechianu de Drăgășani, est imprimée la revue ‘’România viticolă’’, revue de viticulture et œnologie, ayant sa rédaction et administration à la Station expérimentale de viticulture et œnologie de Drăgășani, la VIIIannée de parution, évacuée ici à cause de la guerre. La revue paraît sous la direction du même professeur, I. C. Teodorescu, celui qui a fait donation à la station Viticole de Drăgășani de sa Bibliothèque documentaire, à caractère viticole, où elle se trouve à présent même, comprenant plus de 2000 volumes.

décembre 1947

-on ouvre le premier magasin commercial publique de Drăgășani – le Magasin alimentaire Jiul – dans les anciennes maisons Rezerini, de la rue 1 Mai, au coin de la rue 23 August (actuellement, la rue Regele Carol au coin de la rue Gib Mihăescu).

le 11 juin 1948

-À compter de cette date, par l’acte de la nationalisation, deviennent la propriété de l’État les entreprises locales, bancaires, pharmaceutiques etc., dont on énumère quelques-unes : le Moulin Sarpim (le Moulin Olt), la Société de vins de Drăgășani, la Coopérative Viticole, certains magasins commerciaux locaux, des caves de vins : Levlez, Boțogan, V. Ionică, la Banque viticole, Lazăr, Oromolu (Mitrofani), qui entrent sous la direction de l’Agence M. A. T. de Drăgășani, transformées en l’Entreprise de boissons alcooliques et finalement l’Entreprise de la Vigne et du Vin (I. V. V.).

le 1er mars 1949

-Sont nommés pour la première fois les assesseurs populaires auprès des juges de l’instance locale.

-Est fondée l’École moyenne technique Viticole de Drăgășani  et l’École moyenne technique agricole de Voicești, qui forment les premiers techniciens de haute qualification dans l’agriculture et viticulture, futurs ingénieurs agronomes de spécialité.

gradina-publica-dragasani

le 16 septembre 1950

-Est créé l’arrondissement de l’administration de Drăgășani, dans le cadre de la région de l’administration de Vâlcea.

le 27 septembre 1952

-La région administrative de Pitești (ensuite d’Argeș) étant fondée, l’arrondissement de Drăgășani dépend de cette région jusqu’à la réforme administrative-territoriale du mois de février 1968, lorsque les départements sont constitués.

le 1er septembre 1961

-À la suite de la généralisation de l’enseignement de 8 ans et 12 ans, à Drăgășani, fonctionnent les suivantes écoles :

-l’École élémentaire 1 Mai (l’ancienne école Geta, l’actuelle école Tudor Vladimirescu)

-l’École élémentaire de la Place

-l’École élémentaire N. Bălcescu

-l’École élémentaire Capul Dealului

-l’École élémentaire Bârsanu

-l’École élémentaire Momotești

-l’École élémentaire Rudari

-le Lycée Théorique

-l’École Technique Viticole.

1962

-Sont constituées 2 coopératives agricoles collectives C. A. C. (ensuite, la coopérative agricole de production – C. A. P.), pour le secteur de l’agriculture à l’intérieur de la ville. Parallèlement, fonctionne aussi la G. A. S., ensuite l’I. A. S. (la collectivité agricole publique, ensuite l’entreprise agricole publique).

1967

-Paraissent les nouvelles de l’écrivain Gib Mihăescu en 2 volumes – ‘’La Grandiflora’’ et ‘’Noaptea lumilor’’, avec la préface écrite par le critique Nicolae Manolescu, dans la collection ‘’Biblioteca pentru toți’’.

str-alex-lahovary-dragasani

le 1er février 1968

-Par la loi pour l’organisation administrative-territoriale de la République Socialiste de Roumanie, la ville de Drăgășani dépend du département de Vâlcea, créé de nouveau, de la structure de la ville faisant partie aussi la commune de Zlătărei, excepté le village de Dobrușa, qui dépend de la commune de Ștefănești.

le 14 septembre 1968

-Est constitué le commandement de la Garde Patriotique locale.

octobre 1968

-Paraît la revue ‘’Gib Mihăescu’’, revue culturelle-scientifique du Lycée de culture générale de Drăgășani, les 5 premiers numéros étant lithographiés. À la fois, paraît ‘’Preludii’’, la revue du lycée Agricole de Drăgășani, le premier numéro lithographié.

1969

-Commence la production de ‘’l’Entreprise de Semelles et chaussures en caoutchouc’’ de Drăgășani, la première grande entreprise socialiste locale (2000 salariés).

1971

-A lieu l’emplacement et l’inauguration de la Statue de Tudor Vladimirescu dans la place de la ville.

juin 1979

-A lieu le vernissage du Musée de Drăgășani.

1992

-Est créée la Fondation littéraire Gib Mihăescu, existant à présent même (son président est, dès sa fondation, le dr. Valerian Dinculescu).

le 30 mai 1994

-A lieu l’inauguration du buste de l’écrivain Gib Mihăescu à l’occasion de l’accomplissement de 100 ans depuis la naissance de l’écrivain, grâce aux efforts de la Fondation portant son nom et soutenue au point de vue matériel par le Gouverneur de la Banque Nationale, Mugur Isărescu, lui aussi originaire de Drăgășani.

1995

-On fête 460 ans depuis la première attestation documentaire (le 7 juin 1535). Drăgășani devient municipalité.

2000

-l’École de gendarmes Grigore Alexandru Ghica est refondée.

2002

-la population de la municipalité est de 20798 habitants.

2011

-conformément aux données fournies par la Direction départementale de statistique, le 1er septembre 2011, la population de Drăgășani est de 20058 habitants.

Galerie Foto