Dragasani

centrul-dragasani

Au point de vue géographique, la municipalité de Drăgășani est située à la limite de Sud du département de Vâlcea, sur les terrasses de la partie droite de la rivière d’Olt, à 53 km de la municipalité de Râmnicu Vâlcea. Les localités Zlătărei, Zămeni et Valea Caselor appartiennent à la municipalité de Drăgășani aussi.

Attestée dans les documents pour la première fois en 1535, la localité a été située sur l’un des chemins romains, plus exactement sur le chemin romain qui reliait le camp romain fortifié Sucidava (Celei – le département d’Olt), le camp romain fortifié Rusidava sur le territoire de la municipalité, le camp romain fortifié Arutela (Călimănești – le département de Vâlcea) et continue vers la Transylvanie. Ce chemin et son tracé sont attestés par Tabula Peutingeriana (une carte romaine).

Sur le bourg de Drăgășani on peut parler à compter de la deuxième partie du XVIIIe siècle. En 1772, l’Autrichien Von Bauer écrit dans ses mémoires sur la localité de Drăgășani: ‘’village ayant une maison épiscopale, une cour de boyards, une église, des vignes et une foire’’.

centrul-dragasani-ii

Lors du recensement de 2002, la population de Drăgășani était de 20.798 habitants (la source: l’Institut National de Statistique) dont 98,90% roumains (20.571 habitants),  0,95% bohémiens (199 habitants) et 0,15% appartenant à d’autres ethnies. Du point de vue de la religion, 99,41% se sont déclarés orthodoxes et 0,59% appartenant à d’autres religions.

L’occupation principale des habitants a été et est encore la culture de la vigne et le traitement des raisins. La renommée des vignes et du vin de Drăgășani a rendu cette ville connue dans tout le pays en tant que ville du vin. L’image de cette ville même est associée à son vin et à ses vignobles renommés.

Les vignes et le renom des vins de Drăgășani ont fait l’histoire du lieu, puisque ceux-ci se sont trouvés plusieurs fois sur la table des figures les plus lumineuses de notre passé légendaire: la noblesse dace, les généraux des armées romaines, Mircea cel Bătrân, Mihai Viteazul, les plus redoutables haidouks et soldats de Tudor.

Ceux qui désirent apprendre l’histoire des vins de Drăgășani comprennent facilement qu’ils peuvent le faire dès qu’ils remarquent le Musée de la Vigne et du Vin, situé de manière stratégique au centre même de la ville. Le Musée de la Vigne et du Vin a été aménagé en 1974, mais l’organisation de la collection du musée a été commencée dès 1952, par le prêtre D. Bălașa et Alexandru Liță. L’objectif touristique unique Musée de la Vigne et du Vin de Drăgășani complète de manière spectaculaire la Liste de monuments de culture de la municipalité.

Comme toute ville du vin reconnue et respectée, Drăgășani a eu également un ‘’Institut de Recherches Viticoles’’, le lieu où la science est mise au service de l’esprit authentique roumain, du ‘’terroir’’ des vignobles de Drăgășani (‘’terroir’’ est un mot français intraduisible, désignant le spécifique unique d’un vignoble).

gradina-publica-dragasani

De cette manière a été possible la reconnaissance et la promotion du vin ‘’Crâmpoșie selectionată’’ de Drăgășani – variété portant le bouquet et l’empreinte unique des vignobles de Drăgășani. Les chercheurs de cette ville ont rendu possible la participation par des travaux scientifiques aux congrès, symposiums, colloques etc., et par des raisins et des vins aux concours internationaux organisés à Ljubljana, Sofia, Tbilisi, Bratislava, Montpellier, Bucarest, Budapesta, où les vins de Drăgășani ont obtenu des médailles d’or (les vins de Sauvignon,  ‘’Tămâioasă românească’’, Cabernet Sauvignon).

Il est suffisant de faire un tour de la ville pour prendre contact avec son héritage historique et culturel attestant sa continuité : La maison qui abrite les souvenirs de l’écrivain Gib Mihăescu, l’Église du Bourg de Drăgășani – l’actuelle cathédrale de la ville, – l’Église Saint Élie – monument de culture, l’Église de l’Assomption située dans le quartier Capu’ Dealului,  l’Église Saint Nicolas située dans le quartier Gârdești, les ruines du camp romain fortifié ‘’Russidava’’ ou la cité ‘’du Monsieur de Rosée’’, découverts dans le quartier Momotești à 150 m environ de la chaussée nationale Râmnicu Vâlcea – Craiova, via Găneasa et bien sûr, le Musée de la Vigne et du Vin.

Les collines du vignoble de Drăgășani ressemblent à la région Toscana, raison en vertu de laquelle dans cette région on peut cultiver tant les variétés de vin blanc que les variétés de vin rouge. Le vignoble de Drăgășani est l’un des plus importants centres viticoles et vinicoles traditionnels de notre pays.

L’histoire des vins de Drăgășani est bien plus ancienne. Il y a 100 ans, elle acquiert une auréole nobiliaire également. Après la destruction des vignes par le phylloxéra, au début du XXe siècle, le prince Barbu Știrbei était le propriétaire de la plus grande pépinière du pays, centrée sur le greffage des variétés autochtones, menacées par la diffusion des variétés internationales de l’étranger.

En 1946, la princesse Maria Știrbei héritait de son père les domaines viticoles de Drăgășani. Après la nationalisation (1949), les domaines sont devenus la propriété de l’IAS de Drăgășani. En 2001, les vignes et le chai ont été restitués aux héritiers conformément à la loi. La baronne Ileana Kripp, dans sa qualité de nièce de la Princesse Știrbei, ayant le désir de faire renaître cette tradition de la famille, avec son époux, a fait renouveler les vignes et a doté de nouveau le chai de technologie moderne, à la fin d’améliorer la performance du processus de vinification et d’offrir aux clients des vins de la meilleure qualité des Domaines Știrbei de Drăgășani.

Par conséquent, les Domaines Știrbei de Drăgășani sont revenus à la vie et ont été réinventés sur leurs dimensions historiques. Ils continuent de nos jours encore à dévoiler l’un des secrets gardés scrupuleusement pendant des centaines d’années: Prince Știrbey – le vin à l’arôme de l’histoire de la Roumanie, qui rend l’ethnographie de l’endroit d’origine et la psychologie de ceux l’ayant créé. Prince Știrbey est le vin roumain unique au monde ‘’de la variété appelée ‘’crîmpoșie selecționată’’.

Il a été présenté pour la première fois en Allemagne à la Foire internationale de vins Pro Wein, qui a eu lieu à Dusseldorf du 29 février au 2 mars 2004. L’allure nobiliaire des vins de Drăgășani fait vendre bien les vins. Dans le monde moderne et globalisé, la distinction nobiliaire associée à des biens communs est un élément de marketing pas du tout négligeable.

str-alex-lahovary-dragasani

 

À présent, le vin ‘’Crîmpoșia’’ de Drăgășani est bien vendu en Autriche, en France. ‘’Tămâioasa românească’’  de Drăgășani est le vin le mieux vendu de ce vignoble en France, où l’on sait que le vin le plus cher est celui de Sauterne, étant, lui aussi, parfumé et doux. Sur le marché français, les vins de Drăgășani sont estimés – au point de vue du prix au moins – de niveau moyen. On en vend au prix de 11-12 Euros.

Pour Drăgășani le plus grand défi est représenté par la promotion du tourisme viticole sur le modèle occidental. Dans le contexte actuel, le tourisme viticole représente pour Drăgășani une nécesité, donc il a un caractère impératif. Selon les experts, un << itinéraire du vin >> est vital pour toute région ayant des vignobles. Mais il est besoin également d’une infrastructure réalisée par l’administration locale ou régionale, après quoi chaque vinificateur doit s’impliquer dans l’action de promouvoir son chai et ses vins. Certainement, pour le producteur de vins, le client qui achète directement du chai est important, parce qu’il paie le prix entier. Mais plus important est ce qui se passe ultérieurement avec le client, parce qu’il emporte pas seulement une bouteille de vin, mais de beaux souvenirs aussi. C’est le secret du succès des vins italiens. Les Allemands vont en vacances en Italie, y dégustent un vin, en achètent une bouteille et, ensuite, apparaissent…les implications émotionnelles. Ils veulent boire de nouveau de ce vin-là, pour revivre un moment spécial. Surtout si on tient compte du fait que les lieux d’où on l’a acheté sont spectaculaires, ont une histoire particulière… Associées, ces choses peuvent faire promouvoir mieux un vin qu’une marque en soi.

La ville de Drăgășani a le potentiel des Français, de Italiens, des Espagnols. Le bien-être de cette ville dépend dans la plus grande partie de son développement au point de vue économique.

targul-de-altadata-acualul-parc-central

La ville de Drăgășani fait partie du département de Vâlcea, un département ayant une diversité géographique impressionnante, des collines, des montagnes et des vallées, qui le transforment dans un petit paradis de paysages du pays. Le pittoresque du département de Vâlcea est complété par de nombreux monuments historiques (parmi lesquels le Manoir fortifié Greceanu et le Manoir fortifié Măldărești ayant des formes architecturales spécifiques à la zone, de vrais bijoux d’architecture roumaine) et ecclésiastiques, en occupant la deuxième place en tant que destination touristique du pays au point de vue de la popularité dont il jouit parmi les touristes.